Archive pour manifestation

Ni dieu, ni maire! Vive la Commune! Photos du 1er Mai à Besançon

Posted in Interpro/Pro, Local with tags , , , , , , , , , , , , , on mai 13, 2014 by fragmentdemanif

 

Sous une pluie fine, les libertaires préparent la place Marulaz pour le repas d’après manif…1er mai 2014 - besancon (1) 1er mai 2014 - besancon (2)

Toujours sous la même pluie fine, la place de la Révolution se remplit… doucement…1er mai 2014 - besancon (5) 1er mai 2014 - besancon (6) 1er mai 2014 - besancon (7)

Travailler, c’est faire la pute ! Faire la pute, c’est un travail ! – La banderole des Putains dans l’âme

1er mai 2014 - besancon (8)

Ni dieu, ni maire/maitre ! Vive la Commune ! – Banderole CNT, FA, Libertaires

1er mai 2014 - besancon (9) 1er mai 2014 - besancon (10)

Tant qu’il y aura des couilles en or, il y aura des lames en acier…

… et puis le cortège s’élance…

1er mai 2014 - besancon (11) 1er mai 2014 - besancon (12) 1er mai 2014 - besancon (13) 1er mai 2014 - besancon (14) 1er mai 2014 - besancon (15) 1er mai 2014 - besancon (17)

La manif avance doucement, plutôt morose, malgré la fin de la pluie. Le cortège libertaire se fait entendre quand les camions sonos veulent bien se la fermer et arrêter d’essayer de se couvrir les uns les autres… Une petite altercation a lieu avec un mec de l’UPR qui tentait de distribuer ses tracts dans le cortège libertaire. Rapidement, il perd ses torchons et reste seul à s’agiter dans son coin…

1er mai 2014 - besancon (18)

1er mai 2014 - besancon (19)

Banderole contre la BNP dont le groupe fait du profit dans l’enfermement en Belgique.

1er mai 2014 - besancon (21) 1er mai 2014 - besancon (22)

Après un passage devant la préfecture, la manif se termine devant l’hôpital Saint-Jacques avec moult bla bla. Une partie des manifestant.e.s rejoint en cortège la place Marulaz où se tiennent repas prix et tables de presse.

Publicités

Besançon: Samedi 30 juin 2012 – « Un toit…? C’est un droit ! » – Manifestation du Collectif A la Rue

Posted in Local, Logement with tags , , , , , , , , , , , , on juillet 4, 2012 by fragmentdemanif

Après une semaine de campement devant la Mairie, le collectif « A la rue » appelait à une déambulation dans les rues de la ville ce samedi pour dénoncer le fait que des familles (avec enfants) soient laissées à la rue par les services sociaux alors même que des dizaines, voire des centaines de logements sont vides à Besançon.
C’est une cinquantaine de personnes qui ont défilé sous les slogans (« un toit c’est un droit, un revenu c’est un du« , « 1ère! 2ème! 3ème génération!, nous sommes tou.te.s, des enfants d’immigré.e.s« ), derrière une banderole « un toit, c’est un droit » et emportant symboliquement une des tentes du campement.
La déambulation a écumé les places bisontines (St Pierre, Pasteur puis Révolution et l’entrée du feu pont Battant) s’arrêtant sur chacune pour interpeller les passant.e.s sur la situation et faire signer la pétition.
Si cette action marquait la fin du camp, le collectif a bien fait savoir qu’on entendrait encore parler de lui tant qu’aucune solution n’aura été trouvé afin que personne, ni français, ni étranger, ni adulte et encore moins enfant, ne soit laissé à la rue!!!

Besançon: Manif en solidarité avec les mouvements sociaux réprimés au Québec et dans le reste du Canada

Posted in Anti-répression, Education, Local, Solidarité internationale with tags , , , , , , , , , , , , , , on juin 24, 2012 by fragmentdemanif

Au Québec, les étudiant.e.s font grève depuis bien plus de 100 jours contre la hausse des frais de scolarité (+75% sur 5 ans). Se heurtant au mutisme du gouvernement, il.le.s ont fait des manif monstres, violemment réprimées par les forces de l’ordre et soldées par de nombreuses arrestations. Mais, les manifestant.e.s n’ont pas cessé pour autant de descendre dans la rue encore et encore… Face à la violence de la répression, de nombreuses personnes rejoignent le mouvement qui semble devenir plus social qu’étudiant.

Puis arrivent la loi anti-masque et la loi 78 dite « loi spéciale », déclarant illégale toute manifestation dont les autorités ne connaitraient pas les organisateurs, l’heure et le lieu de départ, le parcours complet… et exposant les « organisateur.ice.s » à de lourdes amendes.

Parallèlement, des grévistes de la Canadian Pacific se sont vu imposer une loi du même style pour les forcer à reprendre le travail, bref pour briser la grève et les empêcher de lutter pour leurs droits…

C’est donc dans le cadre d’un appel international pour une journée de solidarité avec les manifestant.e.s – étudiant.e.s ou non – du Québec et du Canada en général que l’AMEB, la CNT 25 et Initiative communiste ouvrière ont appelé à une manif de soutien avec casseroles ce dimanche 24 juin à 14h30 place Marulaz à Besançon. Dans la foulée du Resto Trottoir, une trentaine de personnes a répondu à cet appel et un petit cortège s’est élancé en direction du centre-ville derrière une banderole « Quand l’injustice devient la loi, la résistance est un devoir ! » et muni de drapeaux rouges, noirs, rouges et noirs et de casseroles…

Certes un cortège pas énorme – mais c’est fin juin et c’est dimanche – mais pas mal de tintamarre, de personnes intriguées et de tracts distribués… Pour le symbole, la manif s’est tranquillement dissoute devant la fac.

Face à la répression, la solidarité est notre arme !

Le tract distribué à la manif ici

Besançon, 30 mars 2012, Pour la venue de Sarko, la police frappe encore…

Posted in Local, Vidéo with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on mars 31, 2012 by fragmentdemanif

30 mars 2012 à Besançon, venue de Sarko pour un meeting qu’il n’avait apparemment prévu de faire – mais sous la « pression » de la venue d’autres candidats et des « militant.e.s UMP » se sentant délaissé.e.s, il l’a fait… Alors comme d’hab (même si on sait pas bien si c’est le président ou le candidat qui se déplace), on voit débouler une dizaine de cars de CRS, des cars de gendarmes – tous surarmés bien évidemment – pour faire la « sécurité » en ville aidé par une police locale survoltée… Faut dire que c’est un événement, faudrait pas qu’il y ait de vagues… Tout le monde l’aime cet homme-là, c’est bien connu…

Le meeting était prévu à 17h à Micropolis. Vers 16h, une bonne cinquantaine de militant.e.s et autres Bisontin.e.s vraiment peu fans des idées de NS et de son parti commencent à se réunir devant les portes du parking de Micropolis sans même tenter d’entrer, quel intérêt ? Il.le.s déploient tranquillement une banderole « Regarde ta rolex, l’heure de la révolte a sonné! » (et non la « révolution » comme on peut le voir dans la « presse », mais on peut pas leur demander de savoir lire…si? non?), d’autres sortent des drapeaux, etc… Zéro agitation, pas même un slogan de crié…

Un UMP du coin passe en voiture en insultant les manifestant.e.s, certain.e.s lui répondent et là, c’est le drame pour les organisateurs du meeting et les forces de « maintien de l’ordre »…

Une quarantaine de CRS est très rapidement déployée (il doit être aux alentours de 16h30) dans le but de repousser les vilains manifestant.e.s: le tout sans ménagement, parce que les manifestant.e.s ne reculent pas assez vite… Alors on les pousse, on leur gueule dessus, on leur marche dessus, on les menace de la matraque, on menace d’utiliser les gaz… Les flics sont quelque peu agressifs, des gens résistent quand on les poussent ou les agrippent, des drapeaux s’agitent, les flics aussi, ça s’empoigne un peu…

Les flics entrainent à l’arrière un manifestant en le tenant (plus que fortement vu la situation) par le cou, contrôlent ses papiers et le laissent rejoindre la manif en lui disant « Premier avertissement ». Apparemment, cela ne sait pas passé aussi bien pour un syndicaliste de SUD qui s’est fait menotté et embarqué pour ne pas avoir voulu bouger… Finalement les manifestant.e.s sont encerclé.e.s par les CRS, certains visiblement démangés par une envie forte d’utiliser matraques, lacrymo ou flashball… Encerclé.e.s, les manifestant.e.s n’ont pas le droit de sortir du « cercle », même pour quitter totalement la manif , aller prendre le bus à l’arrêt d’en face… Tu peux rentrer, mais tu peux pas sortir… On peut partir quand? On sait pas… Bref, cette rétention illégale a duré près de 3 heures, manifestant.e.s sur le trottoir et flics sur la route, empêchant les bus de ville de suivre normalement leurs trajets – mais en même temps, du côté de Sarko, on s’en fout du service public…

Vers 19h, les CRS lèvent le camp: le meeting est fini depuis longtemps, mais ils avaient décidé de rester à surveiller leurs parqué.e.s jusqu’à ce que le parking soit vide ou presque. Tout le monde se disperse tranquillement… En passant devant les grilles de Micropolis, les manifestant.e.s se font apostropher par des militant.e.s de la section Retraite de l’UMP (toujours se méfier des vieux, ce sont des teignes déguisées en victimes) qui agitent frénétiquement des drapeaux bleus-blancs-rouges distribués au meeting (parce qu’ils n’ont pas de drapeaux à l’UMP, ils filent des T-shirts moches). Les manifestant.e.s répondent, des gens du groupe de l’UMP se déplacent vers ell.eux, sortent des matraques téléscopiques, commencent à empoigner des manifestant.e.s et à frapper avec leurs matraques. Ce n’est pas le service d’ordre UMP (quoi que des fois on se demande), ce sont des flics en civil, sans brassards (l’un d’eux en met un à un moment). Ils embarquent un manifestant qui sera apparemment relâché plus tard.

Si les élections changeaient les choses, elles seraient interdites depuis longtemps alors désertons les urnes et occupons la rue !

D’autres compte-rendus ici et

STOP ACTA ! Manif bisontine du 10 mars 2012 !

Posted in Local, Solidarité internationale with tags , , , , , , , , , , , , , on mars 10, 2012 by fragmentdemanif

Une trentaine de personnes ont manifesté contre ACTA aujourd’hui à Besançon, toujours très entourées par les flics, qui encore une fois s’empressent de démasquer les porteur.euse.s de masques… Encore et toujours très dangereux un masque…

Les pancartes et banderoles fleurissent: « Non à ACTA« , « Anti ACTA« , « Résistez ! Vous êtes espionnés, fichés & cernés ! » et les slogans fusent – bien qu’ils soient peu variés même s’il y en a des nouveaux comme par exemple: Tout est à nous! Rien est à eux ! Tout ce qu’ils ont, ils l’ont volé ! Ils prônent la censure et suppriment la culture ! ACTA ! ACTA ! On n’en veut pas ! ou ACTA: hors la loi, tu nous prendras pas nos droits! ou encore Internet censuré, libertés bafouées….

De nombreux tracts sont encore une fois distribués aux passant.e.s, souvent intéressé.e.s – le sujet leur étant totalement inconnu…

Des infos sur ACTA ici, et